Ces ssserpents qui sssifflent

Je sais bien qu’il y a des phobiques des reptiles. Des qui pense que le python c’est quand même bizarre, et cher et peut-être même un peu vulgaire. Il faut bien reconnaître que ce motif naturel, aucune fiction n’aurait pu l’inventer. Ces écailles comme des pixels, la couleur qui vibre par vague, aujourd’hui, on le porte comme une distraction. Comme une alternative au cuir monochromme. Et pourquoi pas ?

C'est par ici !

T’as combien de paires de chaussures ?

Aujourd’hui et jusqu’à lundi prochain le 13 novembre, je vous propose un concours de folie sur mon compte Instagram : @doctorshooooes. (rendez-vous là-bas pour participer) Vous pouvez gagner l’une des 3 paires de chaussures Avril Gau mise en jeu. Avril Gau ? C’est l’une des plus belles marques de chaussures au monde. Haut de gamme sans…
C’est pas fini !


La collaboration Heimstone x Bocage

Heimstone, si vous ne connaissez pas, c’est la marque de la française Alix Petit. Une fille libre dans sa tête qui ne voit pas pourquoi elle devrait marcher droit. Par exemple, si on lui dit dentelle, elle pense chaussures de mec et si on lui lance costume chic, elle répond baskets. Sa passion ? Construire…
C’est pas fini !


Au secours, je veux encore des santiags.

Voici mon coup de coeur de la dernière fashion week parisienne printemps-été 2018. Des bottines Chloé. Des santiags, encore. Encore, parce que j’en ai 3 paires dans mon placard et que j’aime ces bottines de cow-boy à bout pointu depuis super minotte. À 7 ans, j’ai tanné ma mère pendant des jours pour avoir une paire de…
C’est pas fini !



10 boots à fleurs

Vous ne le savez peut-être pas encore mais le monde de la bottine tremble. La sacro-sainte tatane de l’hiver en cuir noir est en train de se faire remplacer par la couleur et les motifs. Grand 1 parce que rayon prêt-à-porter, les propositions se simplifient. Une belle silhouette, bien équilibrée, faite de beaux basiques avec coupes orchestrales vaut mieux qu’une créativité sans foi ni loi, composée de pulls à trois manches qui oblige à une consommation excessive de vêtements. Du coup, la fantaisie peut éclore sur les accessoires et accessoirement… à nos pieds (hinhin)(le docteur est un chat)(une chatte)(qui retombe toujours sur ses pattes). Grand 2, parce que c’est plus simple d’acheter des pompes (au moins la taille de notre fessier n’entre pas en jeu). Grand 3, parce que c’est embellir son quotidien sans se prendre la tête (au pire, on change). Bref, la morale de cette histoire c’est que, pour cet hiver, comme pour l’été prochain et l’hiver d’après et l’été encore d’après et vous m’avez comprise, les bottines imprimées de fleurs s’imposent comme une révolution positive. Tapissant d’espérance un océan de grisaille.

C'est par ici !


Entrez dans le labo (des nouveaux créateurs)

Botoxés à l’optimisme, de jeunes et beaux chausseurs se lancent dans l’aventure de la création de leur marque. Une folie mais un indispensable geste car un monde rempli d’idées neuves est toujours plus exaltant. Même si c’est dur de monter sa boîte, surtout dans les chaussures. Essentiellement parce qu’il faut avancer tous les frais: pour faire fabriquer les prototypes d’une part. Puis, quand on a réussi à vendre aux boutiques-revendeurs, les frais auprès de l’usine pour faire produire les commandes. Alors quand le client ne paie pas ou que l’usine vous laisse tomber trois semaines avant la livraison en boutique: ça donne une idée de la quantité de litres de sueur produit par tous les jeunes entrepreneurs du secteur (et du monde oui oui). Parfois, ils ont les reins solides (comme disait cette pub mythique et tellement misogyne), parce qu’ils sont déjà sous contrat avec de grandes marques dont ils dessinent les collections. C’est le cas de Fabrizio Viti pour Louis Vuitton ou David Beauciel chez Balenciaga. Pour les autres, l’important avant tout est de faire connaître leur travail, histoire de devenir bandant pour les acheteurs et leurs clients adorés. Découvrez les 10 nouvelles têtes auxquelles on croit beaucoup au cabinet et qu’on ajoute sur notre ordonnance sans hésiter.

C'est par ici !


Les 10 chaussures de la rentrée

Bravo ! Bravo à tous ceux qui tentent de survivre à ce cataclysme psychologique et physiologique qu’est la fin des vacances. Cet état d’apesanteur curieux, le seul de l’année, où l’on entrevoit la bizarrerie de notre rythme de vie : les doigts dans la prise en permanence. Un entre-deux où l’on se dit qu’on va calmer les choses, se recentrer, où l’on se remet en question (je suis très forte au jeu du « qu’est-ce que je fais de ma vie? »)… avant de plonger dans un tunnel de boulot, de to-do-listes-trucs et donc, de remettre à plus tard les questionnements. N’empêche on cherche à retenir quelque chose des vacances, et niveau chaussures par exemple (mais vraiment par exemple hein), on préfère rester en sandales le plus longtemps possible. Et moi, j’arrive avec mon thème « les chaussures de la rentrée » et je vous passe à 3000 au-dessus de la tête (hinhin je sais que non). Mais rien ne nous tuera de regarder distraitement sur ce que la saison va nous donner de neuf, non ? (de meilleur, je ne sais pas)(rien n’arrête la tendance, vous le savez, pas même le drôle de goût). Alors, jetons un petit coup d’oeil rapidos histoire de reconnecter le cerveau avec une chose essentielle : l’union de vos pieds avec une belle paire de souliers.

C'est par ici !


C'est daimgue, le din !

Je sais. Encore une fois, je vise en plein dans le mille. Depuis ce matin, une impression vous enveloppe, une question vous taraude, quelque chose de flou et d’indistinct… Et voilà que je mets les pieds dans le plat : le daim c’est dingue (même si c’est interdit aujourd’hui d’utiliser cette appellation)(dieu merci, ce ne sont pas des daims qu’on tue pour vous faire des chaussures). Vous et moi, on fait s’aligner les étoiles je crois. Bref, que vous soyez rock un brin Saint Laurent, bohème carrément Pocahontas (comme ce modèle Sézane ci-joint) ou tout simplement adepte du camel, voici la sélection de l’année pour vous procurer juste de quoi pile poil être dans la saison.

C'est par ici !


La Santiag revient (mais elle a quelle tête ?)

Du jour où Pauline Moulinot a traversé la cantoche avec une jupette plissé écossaise et des santiags aux pieds, je n’ai plus jamais refermé la bouche devant des bottes de cowboy. Un flash, une révélation, un avant-après, un « premier jour du reste de ma vie », la ligne sublime de ces trucs pointus s’était imprimée à jamais dans mon cerveau. J’avais 10 ans, j’étais en CM2. Alors quand Miu Miu (là juste à côté) fait des boots pop ambiance enseigne de saloon et boudoir surréalistico-girly, je me sens comme à la croisée de tous mes chemins. Les étoiles s’alignent. Sauf qu’elles sont inaccessibles (rapport aux nombres de chiffres). Alors, pour compenser, avec la toute nouvelle interne du Cabinet, j’ai nommé Tiphaine Menon, on a vous a concocté une sélection un brin moins chère mais tout aussi cool. Comment ça, vous n’avez pas de Santiags dans votre dressing ? Je croyais que vous étiez une femme libre ??

C'est par ici !


Adopte une botte

Avec leurs bonnes amies dites les Cavalières, les bottes esprit 70’s sont les plus simples à coupler avec nos ténors de la rondeur, j’ai nommé : les mollets. La jambe lâche, le talon carré stable et leur couleur tapis-de-feuilles-en-automne (avec quelques pointes de terre mouillée ou de poils de bêtes dans notre sélection) se marient aussi bien avec nos tenues hivernales que nos plannings de femmes over-actives. Avec le Docteur Tiphaine Menon, on a craqué sur des specimens un peu fou, juste beaux à regarder, et puis sur d’autres, nos véritables bons plans à moins de 200 euros. Dites-donc, ça peut le faire comme cadeau de Noël, nan ?

C'est par ici !


Frangement bien !

Vous pensez qu’on vous fait le même coup chaque année depuis la révolution sexuelle de 1974 avec les franges ? Et que vous trouvez ça chouette, sympatoche, marrant, ça-bouge-quand-on-marche-i-tou mais franchement, que c’est pas pour vous ? Vous n’avez pas tort. Enfin, vous n’AVIEZ pas tort. Parce que maintenant, toutes ces petites quequettes sur les chaussures, ça pimp un peu l’hiver non ? L’idée, ce n’est pas de jouer le remake de Hair au bureau, mais plutôt de s’arroger le droit à la légèreté. Et je suis sûre que ça, ça vous parle. Allez, je vous embrasse, tiens!

C'est par ici !


The Cuisse Hard

Les grandes bottes, c’est comme les bijoux en or. La matière première fait envoler les prix. C’est pas le tout de vouloir des cuissardes, il faut savoir chasser l’oiseau sauvage sans vider sa bourse. Et trouver la paire qui restera une bonne amie pour votre silhouette. Avec Tiphaine Menon, on a étudié la chose et voici notre récolte. À plus de 56 euros et à moins de 300 euros siouplaît.

C'est par ici !