6 petits trucs pour être plus proche de ses proches (et un concours aussi)

Photo par Theodora Richter pour Shooooes

Photo Theodora Richter pour Shooooes

Nos proches, on les aime. Ils sont toute notre vie. Mais ils restent « des autres ». Notre bonheur et notre cauchemar à la fois.

De manière totalement informelle, j’ai noté au fil des mois quelques pense-bêtes pour être mieux avec eux et, en réfléchissant à la manière de vous présenter ce post et ce concours, en regardant ces photos avec ma copine styliste Vanessa Naudin, je me suis dit, « tiens, et si je mettais en open source mes pensées récentes sur le vivre-ensemble ? ». héhé.

Vous aurez aussi compris, si vous suivez mon Instagram (@doctorshooooes), que ces photos datent d’avant l’été (à l’heure où je vous parle, je suis un éléphanteau). Elles sont pleine de tendresse et ce n’était même pas prémédité ou calculé! Je n’aime pas trop jouer la carte du faux bonheur. On était juste nerveuses de poser et, en même temps, hilares de faire n’importe quoi. Seules les baskets signées par le mari de Vanessa, Florian Denicourt (qu’on voulait vous faire gagner mais elles sont en rupture de stock définitive)(mais attendez la suite du post hein) et les sweat-shirts identiques étaient prévus au départ.

Et puis, ce qui se dégage de ces photos, mes pensées obsédantes sur une forme d’accomplissement de la relation sociale et la volonté de donner toujours plus de sens à mon blog… J’en suis arrivée à vous livrer ces quelques petites notes qui m’accompagnent dans mon quotidien. C’est ma cuisine personnelle, j’espère que vous la trouverez assez salée pour la lire et l’apprécier !

AVEC NOS ENFANTS :

Je commence par un souvenir qui m’est revenu à l’âge adulte. Enfant, j’étais terrorisée quand ma mère me demandait à la fin de la journée « alors, qu’est-ce que tu me racontes? ». Cette question me paralysait parce que sa portée était vertigineuse: par quoi commencer ? Qu’est-ce qui vaut la peine d’être raconté ? Trop ouverte, elle éteignait toute velléité de communiquer en moi. Alors, je répondais invariablement « rien de spécial ». Quand, des années plus tard, Alphonse, mon fils, est entré à l’école, j’ai commencé à lui demander comment s’était passée sa journée. Je n’obtenais comme réponse, et je vous le donne en mille, qu’un « rien du tout » au-delà du déceptif pour moi. Puis, j’ai changé mon fusil d’épaule. Désormais, je ne pose que des questions très précises auxquelles la réponse est donnée d’avance mais qui encourage les détails et le partage. « Tu as fait de la peinture aujourd’hui? » « Vous êtes allés en récré ? » « Tu as été à la cantine ? » « Vous avec déjà vu le ch avec la maîtresse? » et c’est beaucoup plus facile d’entamer le dialogue sur cette partie de leur vie qui ne nous appartient plus (mais dont on aimerait bien connaître quelques aspérités).

AVEC NOS PARENTS :

J’ai réalisé qu’en avançant dans l’âge, mes parents s’angoissaient quant à leur place dans notre vie. Je me suis rendue compte que leur faire comprendre qu’ils y existaient bel et bien apaisait toutes les inquiétudes. Alors, régulièrement (et surtout pendant les vacances et les week ends), j’envoie des photos par SMS, même insignifiantes, de nous, de l’un, de l’autre, accompagnées de deux ou trois mots. Succès à chaque prise. Le lien est préservé. C’est comme un petit Instagram parental.

AVEC NOS CONNAISSANCES :

Avec les réseaux sociaux, on passe beaucoup de temps à être au courant de la vie des autres sans pour autant pouvoir partager notre ressenti avec eux. On se prend juste dans la figure leur vie sous forme de personal branding. Un jour, je me suis dit qu’il était indispensable de ramener de l’humain dans ce flux constant « d’autres ». Je me suis mis à les féliciter par des canaux privés quand un projet était beau, mené à bien. Juste leur dire bravo, même quand je ne les ai pas vu depuis cinq ans. Et plus encore, leur faire part de mon ressenti de la manière la plus singulière possible. Pour renouer avec une forme d’échange.

AVEC NOTRE AMOUREUX(SE)

Si vous ne vous disputez jamais avec la personne qui partage votre vie, alors peut-être que vous lirez ces lignes comme moi quand on me dit que quelqu’un boit 24 canettes de Coca Light par jour : bien loin de çà et perplexement contrite. Moi, je me dispute. héhé. Et quand surgissent les tensions, je convertis l’agressivité et la rancoeur en taux d’angoisse et de tristesse. Parce qu’en réalité, c’est cela qu’il y a derrière la colère. Et cela me fait redescendre. Même si j’éprouve de la rancoeur, je n’aime pas pour autant me disputer. Avouer cette vérité au milieu d’un conflit « je n’aime pas quand on se dispute comme ça » désamorce les tensions. Car voilà une chose sur laquelle on est d’accord tous les deux : on n’aime pas se disputer. C’est triste. Ce constat fait, la discussion peut commencer.

AVEC NOS COLOCS/COLLÈGUES

La seule chose que les autres demandent, au fond, c’est la confirmation qu’ils existent à nos yeux. Pas plus, pas moins. Une fois cette inquiétude apaisée, on peut commencer à entamer une relation, superficielle ou profonde selon les affinités… on ne choisit pas vraiment ses voisins. Proposer de ramener quelque chose de la boulangerie ou de la cafet’, acheter un savon liquide pour les mains qui sent bon (ma spécialité), il ne s’agit pas de se faire aimer mais de tendre la main à l’autre pour lui faire comprendre que la porte est ouverte. Et ainsi, libérer la parole. Il m’est arrivée de nombreuses fois dans ma vie de commencer par rejeter quelqu’un que j’allais beaucoup apprécier plus tard juste parce que je n’avais pas déverrouillé la serrure d’entrée de jeu.

AVEC NOTRE GARDE_ROBE

Comment ça, les vêtements et les pompes, c’est pas des « autres » ? Mais vous passez plus de 23h25 par jour avec eux, non ? Ce sont les plus proches de vos proches, non ? Vous entretenez des rapports passionnels, voire conflictuels avec eux, non ? Alors, oui, il y a un gros petit truc pour se sentir encore plus proche de ses vêtements et donc, encore plus proche de son bien être : porter du rose. Je n’arrêterai jamais de réciter ce mantra : portez du rose. Le rose et le gris (c’est à dire nous)(soyons honnête), c’est fait pour aller ensemble. Trouvez la teinte qui va rendre votre grisaille lumineuse et regardez l’effet sur les autres. Ils vous regardent en se pourléchant les babines parce que vous leur faites du bien aux mirettes. Et sinon, une paire de baskets roses fera très très bien l’affaire (mais si c’est facile à porter : le rose ça va avec du noir, du bleu marine, du jean, du violet, du bordeaux, du rouge (si si depuis 1988 si), du beige, du gris et même le rose pâle et l’orange c’est démentiel).

ET DONC, CE CONCOURS ?

sac-florian-denicourt

Photo Shooooes, sac Florian Denicourt à gagner !

Voici ce que je vous propose de vous offrir. Un sac rose ! Il est signé Florian Denicourt. Un mec qui ne jure que par la ligne droite et l’architecture sans chichi. Alors quand il convertit ses sacs-sculptures en cuir rose pâle, c’est girly-bauhaus à la fois et franchement, c’est beau, c’est chic, tout en retenu (parce qu’on déteste quand le rose dégouline n’est-ce pas?)

Le voilà donc, votre cartable de rentrée : une besace baptisée Jumelle (25 cm environ de largeur) avec des poches itou pour y fourrer vos mouchoirs sales et vos tickets de métro usés aussi bien que votre smartphone écran tip-top-telecom. Vous pouvez le porter à la main (héhé) et puis en bandoulière aussi pour « satisfaire vos humeurs versatiles » comme dit la pub.

La vérité, c’est qu’il me l’avait offert parce que je bavais dessus, et puis, j’ai eu une envie folle de vous le faire gagner. C’est sans doute la grossesse qui me rend gentille.

POUR JOUER ? Laissez dans les commentaires ci-dessous tous les mots roses que vous aimez entendre. Ou ajoutez un nouveau point à ma liste de petits trucs pour être plus proche de vos proches. Bref, ouvrez grandes vos mimines pour taper sur le clavier un truc qui vous donnera le droit d’être tirée au sort pour gagner ce sac (d’une valeur de 500 euros) !

Vous avez jusqu’à dimanche minuit pour jouer, j’éplucherai toutes vos patates roses lundi et je vous donnerai les résultats dans la foulée.

Je vous rooooose bien fort.

EDIT DU 13 SEPTEMBRE : LA GAGNANTE DU CONCOURS EST JULIETTE IOCHA ! 

J’ai besoin de followers pour fanfaronner auprès de mon ex. Partagez :

45 commentaires

  1. Marion - 7 septembre 2016 - Répondre

    PINK ! Voir la vie en rose ! Après un insta de Lily barbery coulon et ton post très envie de porter un pull doudou rose ! Je pense a Pierre de Ronsard et me répète le poème ! Merci!

    1. Dr Shooooes - 7 septembre 2016 - Répondre

      @Marion L’un de mes préférés !… « Vivez si m’en croyez, n’attendez à demain, cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie »… (euh je peux jouer au concours Docteur Shooooes?). des bises ;)

  2. Conti - 7 septembre 2016 - Répondre

    Mon père s’appelait « l’homme aux roses », et pour moi, avec le temps, c’est devenu tout un programme ! Des bises !

  3. Gaëlle - 7 septembre 2016 - Répondre

    Ohlala !! Mais il est magnifique ce sac ! Merci pour ce concours :-)
    Question rose, j’y pensais l’autre jour en regardant l’énorme fleur d’hortensia qu’une amie m’a offerte (je l’ai mise sur insta tellement elle était belle). Ca m’a fait penser aux boutons de rose, avant que la fleur ne s’ouvre, c’est encore tout frais et pâle, avec des petites veines comme une peau. Et v’la ti pas que je vois sur le net que le bouton de rose est une pose du Kamasutra… Haha !!!
    Sinon, c’est pas vraiment rose, mais j’adore le mot « rosée » et d’ailleurs, j’aime beaucoup la rosée du matin, tiens, surtout quand on marche sans chaussettes et que ça fait tout frais sur les chevilles.
    Ce rose que tu proposes sur ce sac, c’est comme une caresse.
    Bonne journée à toi, petit éléphanteau ;-)

  4. Sandrine M - 7 septembre 2016 - Répondre

    Merci pour ce concour ! Moi mon petit truc pour être plus proche de ceux que j’aime ce sont les post-it , en forme de cœur rose de préférence : bonne rentrée mon amour dans la trousse de mon grand le 1er jour d’école , un cœur dessiné dans la trousse de toilette de mon amoureux quand il est en déplacement , une connerie ou un smiley sur le clavier de mes collègues copains etc… Et je suis toute excitée en les imaginant découvrir mon petit mot :-) . Bises à toi ! Sandrine

  5. Chouca - 7 septembre 2016 - Répondre

    Hello ! Merci de cette attention rosée à laquelle je m’essaie !
    Alors je vois des éléphants rose (ils ont du boire trop de rosé) ^^ J’ai envie de faire un gros câlin à ma peluche roudoudou et de manger des guimauves ! Ma vie est un coulis sucrée … Ce n’est pas le tout je dois partir . Ma licorne rose (bien sur) a envie de se ballader sur l’herbe fraîchement décorée de rosée … Bisous doux !
    Merciiii ;)

    chouca@live.fr

  6. tilde - 7 septembre 2016 - Répondre

    Envoyer des cartes postales à des grands-rents que l’on ne voit pas assez fonctionne très bien aussi :) Habitude gardée de quand je vivais à l’étranger mais qui fait son petit effet même de France ;)
    Bises à l’éléphanteau rose (de mon pyjama plein de chatons roses) (true story mais je t’épargne la photo haha)

  7. caroline - 7 septembre 2016 - Répondre

    Bonjour Mathilde, j ai particulièrement aimé dans ce post le passage sur les parents. C’est vrai qu ils ont besoin d’être rassurés sur leur place…
    Alors mes petits trucs à moi c est:
    – Preparer un bon petit repas pour ma tribu. C est assez basique mais quand on leur prepare ce qu ils aiment sourires garantis.
    – Inviter mes proches, un gouter, à un apéro….inviter c’est partager et prendre le temps pour ça.
    – un appel surprise à une vieille tante pour lui dire qu’on pense à elle….
    – donner de son temps, s’arrêter et écouter …. chose que je ne fais peut être pas assez en fait!…
    Belle journée! (ah et ce sac est très très beau alors j’ose espérer le gagner sans y croire j ai jamais rien gagné aux jeux concours mais comme disait Coluche…ok j arrête) :)

  8. Julie - 7 septembre 2016 - Répondre

    Super bonne idée ce post ! Merci du partage.
    Je te rejoins complètement sur le lien avec les parents … Après avoir quitté le domicile familial, et m’être retrouvée à Paris (à étudier, à bosser, à festoyer etc etc), j’ai senti que les contacts étaient vraiment moindres avec mes parents. J’ai beau les aimer très fort, quand on vit et qu’on se laisse emporter par ce dans quoi on est embarqué, parfois on manque cruellement de temps.
    Mais une photo par ci par là, ou des clins d’oeil comme j’aime les appeler à des choses que l’autre aime / qui nous fait penser à elle ou lui .. C’est toujours agréable. La dernière que j’ai envoyé c’était hier soir à ma mère : une photo de la nouvelle vitrine Hermès que j’adore passer du temps à observer avec elle quand on est ensemble. Chef d’oeuvre esthétique et technique … ça lance toujours immédiatement une discussion. Et elle a beau être courte parfois, elle ressource tout autant.
    Le genre de petite attention qui peut égayer une journée, la leur comme la mienne… ça fait du bien. Et comme tu le dis si bien, c’est vrai que c’est très rassurant en fait, de sentir que l’autre est là !
    passes une belle journée !

  9. Aurelie / Catmini - 7 septembre 2016 - Répondre

    Ah c’est drôle je fais la même chose avec ma filleule qui vient d’entrer à la maternelle, lui poser des questions précises auxquelles elle pourra répondre facilement, et je confirme, c’est vraiment plus facile d’engager la discussion! Je lui envoie aussi régulièrement des cartes postales dessinées (ben oui elle ne sait pas lire), qu’elle peut déchiffrer toute seule sans l’aide de ses parents.

    Pour mes proches, je note sur mon agenda ou dans ma tête les évènements un peu bouleversants qui vont leur arriver (derniers exemples récents : un enterrement, le dernier jour sur un poste, …) et j’essaye de leur envoyer un message pour leur dire que je pense à eux.

    Derniere chose : oui pour le rose aux pieds, aux joues, à l’épaule!

  10. Raphaëlle - 7 septembre 2016 - Répondre

    ❤️

  11. Juliette iocha - 7 septembre 2016 - Répondre

    Yes!!! Ce sac est fou! Ton post est doux! Je cultive l’embrassade avec mes proches,donc la bise ou le baiser mais surtout le câlin, l’embrassade quoi, prendre mes enfants, mon mec ou mes amis dans les bras et leur transmettre l’énergie de l’amour voilà ma patate rose (j’adore l’expression¡). Si certains de mes amis sont moins tactiles je me contente d’une main sur le bras ou l’epaule, douce et ferme à la fois pour signifier ma tendresse. Et un petit sms de gratitude après un bon moment passé ensemble,je n’y déroge pas… et alors oui pour la dispute de couple je suis totalement en accord avec toi…pour les reste aussi ;-). Merci et prends soin de toi :-)

    1. Dr Shooooes - 13 septembre 2016 - Répondre

      @Juliette iocha Bonjour Juliette, C’est toi qui a été tirée au sort ce matin !! :) Envoie-moi toutes tes coordonnées par mail (mathilde@shooooes.fr) et on te fait parvenir le sac au plus vite :)) Merci pour ta grosse patate rose :))

      1. Juliette Iocha - 13 septembre 2016 - Répondre

        JOie et rAvissement, du rOse, de l’AmOur , oh lalalala je suis toute chose :-)
        mille merci , mon mail est envoyé.
        bises rosées!

  12. Maryse - 7 septembre 2016 - Répondre

    Qu’il est beau ce petit sac rose !! Tu as entièrement raison, cette couleur fait du bien au moral et pas qu’au nôtre ! J’ai un perfecto rose que j’adore porter au printemps, et l’effet qu’il produit est toujours le même. Les gens dans la rue me sourient, certains me demandent ou je l’ai acheté, mes collègues me font des compliments :)

    Rester proche de mes parents est devenu encore plus important pour moi, le jour ou j’ai quitté le domicile familiale pour aller m’installer chez mon copain à l’autre bout de la France. Alors moi aussi j’envoie des photos, des petits messages pour garder le lien et j’essaye toujours de m’intéresser à leur vie, aux histoires de collègues de ma maman, d’heures de conduite de ma soeurette, et je prend des nouvelles du chat Cachou. Et quand de vilains nuages gris m’envahissent et que je ne vois plus la vie en rose, je pars les retrouver pour passer de bons moments avec eux :)

    Merci pour ce super concours !!

  13. HappyLilly - 7 septembre 2016 - Répondre

    Oooooh ça faisait un moment que je n’avais pas commenté (depuis l’annonce de ta grossesse me semble-t’il). Mais ton article me fait un bien fou. Surtout le paragraphe sur les collègues. Je suis nouvelle à mon poste et j’apprends à connaitre les autres. Certains me déçoivent déjà et ça me blesse un peu; ça me « travaille » même! Je vais essayer de changer mon fusil d’épaule et aborder ceux qui me déçoivent autrement. Peut-être que si je suis plus attentive à eux, les choses seront plus saines. Je peux au moins essayer. Merci!
    Mon amoureux et moi ne nous disputons jamais (allez, une fois par trimestre) parce qu’en fait nous détestons ça et le vivons mal. Par contre, nous ressentons parfaitement les tensions et en parlons de suite. C’est hyper reposant. (après d’anciennes vies de couple houleuses pour lui comme pour moi).
    Moi aussi j’envoie des mails photos à ma mère. J’aime bien.
    Porter du rose: on est d’accord. Chez moi, ça fonctionne bien aussi avec les sweats Disney et Snoopy de chez UniQlo. J’aime aussi beaucoup cet espèce de corail néon qui fait ressortir le bronzage et qui matche top avec du beige ou du kaki. Le rose dragée: ma nouvelle quête donc!
    Dis, je suis allée sur le site: je découvre cette marque et les sacs aussi! Il reste quelques sneakers roses!

  14. Loren - 7 septembre 2016 - Répondre

    Je suis depuis peu portée par une sensation d’attachement envers une personne que je ne peux m’empêcher de visualiser « rose »
    Quand. il me parle tout bas.

  15. germaine yvette - 7 septembre 2016 - Répondre

    bonjour, je tente ma chance avec plaisir pour ce très joli concours.
    Voir la vie en rose de puis que je ne suis plus seule, voir la vie en rose bonbon et êtrte tellement heureuse comme ça.
    mon mail : capucineporter@yahoo.fr
    Merci encore, très belle journée.

  16. christine Zaghdoudi Collin - 7 septembre 2016 - Répondre

    Moi j’aime la vie en rose…mes sac est rose ,mes souliers sont rose mon lit est rose ,l’intérieur de ma voiture est rose..En fait j’ai un monovolume de Barbies ou plutôt de la Granny de Barbie..3 rangées de siège rose…Et j’essaie d’offrir la vie en rose à ma famille..enfants ,petits enfants ,neveux ;nièces..
    Car que vaut la vie si elle n’est pas rose..
    Et pourquoi tout ce rose ,qui est presque dégoulinant..Parece que je fais un boulot qui n’est pas rose ,on dira l’étape jusqu’avnt le croque motr ,très utile aux autres et gratifiant mais très dur moralement et je connais le prix du bonheur ,qui est rose bien sûr..

  17. Caroline - 7 septembre 2016 - Répondre

    J’adore ce post! J’ai appelé mes parents dès que j’ai lu le paragraphe « parents ».
    Sinon, j’adore le rose, mais ne sais pas bien où en trouver, du joli, du frais. Des idées?

  18. marion - 7 septembre 2016 - Répondre

    Puisqu’on parle des proches et de rose … dernièrement ma petite grande fille de 7 ans que je regarde avec fascination devenir une grande tout court avec ses interrogations et ses contradictions : « moi j’aime plus le rose » me dit-elle il y a quelques jours lors du fameux shopping de rentrée … pour choisir le pull le plus rose layette jamais vu deux heures plus tard …
    Du rose du rose des roses,
    Bonne soirée, et merci pour ce concours aussi,

  19. Evita - 8 septembre 2016 - Répondre

    J’utilise la même technique des petits signes de vie réguliers aux parents, aux amis. Sans prétention, spontanés, ça ne coûte vraiment pas grand chose et ça apaise tout le monde !

    J’ajouterai l’importance du toucher. Il m’est arrivée une sale histoire cette année, et depuis j’ai un besoin infini d’être touchée / de toucher. Poser une tête sur une épaule, faire un vrai bisou sur la joue pour dire bonjour, se jeter dans les bras à corps perdus après 3 verres de rosé ou simplement poser une main sur l’autre quelques secondes. Ça le fait exister, nous fait exister, nous ramène au statut d’humain, en vie.

    Sans transition aucune (c’est compliqué, hein ?), un joli sac rose pour mettre du baume aux mirettes, les miennes, les leurs, ça ne se refuse pas.

    Merci pour la réflexion et belle journée !

  20. Clao - 8 septembre 2016 - Répondre

    Des mots, roses, des mots roses, je sèche là ! Alors que tes pensées ont vraiment fait écho en moi.
    Depuis cet été, pour mes 2 sœurs et ma mère, j’ai enfin créé un groupe whatsapp : une vit au pays des scones, l’autre s’est envolée avec sa famille dans un autre hémisphère en juillet, ma mère a la garde provisoire du chien resté en carafe car pas de place en quarantaine sous les tropiques. Bref des tas de choses à raconter, du décalage horaire etc. Donc on s’envoie des photos du quotidien, les sorties des vacances, le périple aux USA pour l’une, les nouveaux cartables des petits etc. A l’heure où ma mère fait face à un gros coup dur ça nous fait du bien à toutes.
    Je suis totalement d’accord avec toi au sujet des enfants ! Au pire si c’était speed le retour de taf/d’école etc au dîner je lance « et à la cantine vous avez mangé quoi ? » Et ça suffit pour lancer la conversation. Sinon, oui je suis d’accord c’est plus facile de poser des questions directes ou sur les émotions : « T’as eu des disputes ? Il s’est passé un truc rigolo ? » etc
    Au sujet du rose, j’ai fait un truc très moche : j’ai teint (je recycle comme ça certains vêtements pour tenter de leur donner une nouvelle vie) une robe rose que j’ai porté à peine 3 fois, c’était une grosse erreur, car ma robe Barbapapa a perdu tout son charme, et elle me manque tout à coup ! Quelle bécasse ! J’aurais dù le savoir, je n’ai quasiment jamais porté de rose, en tout cas pas depuis l’enfance et pourtant l’hiver dernier j’ai acheté une blouse rose pâle (un peu comme ce cartable) et mon dieu je l’adore tellement que je voudrais la dupliquer !
    Alors je dis oui à plus de rose ! Le Dr Shooooes a encore frappé ;-)
    (Des bises à l’éléphanteau)

  21. anne - 8 septembre 2016 - Répondre

    Qu’est ce que ça fait écho en moi quand tu parles de déverrouiller le verrou a la première rencontre !! J’ai besoin (vraiment?) D’un temps de rejet / barrière pour me protéger avant de partager bien souvent une relation professionnelle stable et enrichissante. Comment arrives tu a faire sauter le verrou !!!

    Dans la vie tout n’est pas cirrhose, parole d’alcoolique.

    1. Christine zc - 8 septembre 2016 - Répondre

      en faisant confiance ,à moi et à l’autre non ?

  22. Ragini - 8 septembre 2016 - Répondre

    Moi je chante en coeur « Think Pink! », ça marche toujours!
    https://www.youtube.com/watch?v=LbxXA70gvrA

    Ce qui marche dans ma famille, ce sont les cartes postales! Un truc devenu ringard, démodé à l’heure des smartphones. Mais justement, on maintient la tradition: choisir une carte, l’écrire sur un coin de table dans un café, courir après un timbre, raturer dix fois l’adresse parce que ça fait dix ans qu’on ne se rappelle jamais si le n° de la rue c’est 332 ou 322…
    Des cartes des musées qu’on visite, du moindre bled visité, d’en bas de la rue comme de l’autre bout du monde. Pour retrouver le plaisir de voir une carte attendre dans la boîte aux lettres…
    J’adore avoir ce lien avec mes parents et mon frère, et je sais que le jour où il n’y aura plus ces petits mots de carton, bah j’aurais perdu toute une partie de moi.
    Ces cartes, elles sont partout chez moi, dans des livres comme marque-page de fortune, en pile, affichées au mur; ça tombe de partout, ça s’efface.
    ça dit un lien, un voyage commun, une transmission d’image…

    il y a, dans ce monde, des gens qui m’écrivent.

    1. Dr Shooooes - 13 septembre 2016 - Répondre

      @Ragini Oui, j’adore les cartes postales moi aussi. C’est marrant, elles reviennent régulièrement dans ces commentaires… :) Mon problème, c’est de trouver les timbres. Le nombre de fois où je reviens à Paris avec les cartes écrites avec leurs adresses dans le fond de mon sac ! ppffff, je me demande si je devrais pas quand même les poster de Paris ! Après tout, c’est l’intention qui compte, pas leur contenu. :) bises

  23. Caroline - 9 septembre 2016 - Répondre

    Préserver le lien,
    Conserver le commun, et surtout être bien,
    Bien dans sa vie, bien dans son job, bien à sa place!
    Ce n’est pas facile et vos petites idées sont chouettes,
    Comme des penses bêtes,
    Des sms, des cartes postales, des post It
    Des câlins,
    Ca s’est tellement bien!

    Merci Mathilde,
    Merci aux contributrices.

    Un sac rose
    Pas simple
    Mais si ça va avec tout
    Après tout
    On ose?

    Belle soirée

    1. Dr Shooooes - 13 septembre 2016 - Répondre

      @Caroline Mais ouiiiiii ça va avec tout le rose ! Merci pour ce poème de celle qui a tout compris à la vie ! Keep going Caroline :)

  24. Djahann - 10 septembre 2016 - Répondre

    RRrrhoo le beau sac rose ! Non mais on est bien d’accord que le rose, c’est la vie ! Merci pour ce super concours. Je tente ma chance avec plaisir.
    J’ai l’habitude des petites attentions avec mes proches et la bienveillance, toujours. Faire des compliments, encourage, valoriser, c’est très important. Des petits gestes qui ne coutent pas grand chose comme envoyer des cartes postales lors des vacances ou des anniversaires, apporter une rose du jardin joliment emballée, une petite bougie, bref, même sans gros budget, on peut faire de multiples petits plaisirs pour entretenir l’amour avec ses proches. Bon on est bien d’accord que même sans ça, ça marche aussi, hein ! Mais moi j’aime faire plaisir aux miens. Et je suis toujours là pour eux s’ils ont besoin.
    Bon week end !

    1. Dr Shooooes - 13 septembre 2016 - Répondre

      @Djahann Merci d’avoir joué et d’avoir diffusé ces paroles réconfortantes :) des bises

      1. Djahann - 13 septembre 2016 - Répondre

        C’est très gentil à toi de répondre aux commentaires. Bises

  25. Naomi - 10 septembre 2016 - Répondre

    Coucou Mathilde,
    Très chouette post, très joli, et très juste évidemment, enfin bon tu tapes rarement à côté hein faut dire.
    Moi, ça me fait penser à ma grand-mère paternelle tout ça ; elle habite dans les Deux-Sèvres, et ça fait x années (je ne préfère même pas compter tant j’ai honte) que je ne suis pas allée la voir. Et de son côté elle est terrorisée à l’idée de bouger de chez elle, comme peuvent l’être les vielles personnes parfois.
    Bon, tout ça est un peu compliqué (en fait pas vraiment… mais si un peu quand même) mais il y a quelques temps, au téléphone avec elle, j’ai franchi la barrière de la retenue pudique et je lui ai dit : « Tu me manques Mamie », « je pense à toi très fort ». Jusque là nos conversations étaient assez banales ; je la laissais radoter sur sa jeunesse à Saint-Germain-des-Prés, je lui racontais un peu mes études ; c’était sympathique mais j’aurais pu discuter comme cela avec n’importe quelle vieille personne. Et puis je me suis ouverte.
    Je suppose que j’avais besoin de le formuler, et elle en a été un peu surprise ; vous avez remarqué comme les mots tendres rendent les gens étonnés parfois ? Voir méfiants ! Même les gens de la famille. (Ce qui me fait penser à ma sœur qui à chaque fois que mon ex-amoureux posait une main sur son épaule sursautait, alors que c’était une simple marque d’attention ou de gentillesse, pour montrer que pour lui elle était aussi sa famille.)
    Et c’est vrai, elle me manque, et je pense à elle souvent, et à mes vacances d’enfant chez elle. Ses petits cheveux courts, sa peau douce, son eau de lavande, son vernis à ongles (rose fuschia, tiens tiens), les bonbons à la menthe qu’elle nous achetait, le poulet rôti/chips au four. Et le fait de lui avoir dit a déverrouillé quelque chose dans notre relation téléphonique. Elle perd un peu la boule mais j’entends sa petite voix émue quand je lui dit que je pense à elle, que je l’embrasse très fort. Je lui envoie des cartes postales de tous mes voyages, elle qui aimait tant voyager, ça lui plaît de me savoir partie explorer telle ville ou telle pays, en partie grâce aux généreux dons qu’elle me fait régulièrement.
    Maintenant, il faut que je prenne le temps d’aller la voir, absolument. Pour lui dire ces mots en face.
    Parfois, pour être plus proche de ses proches, il faut juste leur dire ce que l’on ressent pour eux. Je l’ai toujours fait avec mes amies ; avec la famille, ce n’est pas toujours évident. Mais ça vaut le coup non ?
    Je t’embrasse Mathilde ! :)

    1. Dr Shooooes - 13 septembre 2016 - Répondre

      @Naomi C’est fou comme ce qu’on a le plus de mal à donner est ce qui fait le plus plaisir à recevoir. Mais l’amour, c’est comme les chaussures originales. Le première fois qu’on en porte, ça fait bizarre, et il a fallu beaucoup d’hésitations avant de se lancer. Puis, on se rend compte que c’était délicieux cette journée en grande pompe. Alors, il suffit de continuer, on s’habitue et cela devient une évidence. Merci pour ton témoignage Naomi :) je t’embrasse fort

  26. Do - 10 septembre 2016 - Répondre

    Merci Mathilde pour ce rose bienveillant que tu nous offres. Le rose, il vous manque le rose, votre corps le crie, m’a dit une fée aux doigts empathiques. Alors j’ai craqué mais littéralement quoi ! pour les escarpins de Patricia Blanchet au rose qui se la pète, celle qui t’en met pleins les mirettes, oui je parle au féminin alors que LE rose quoi ? Toujours ce lien indéfectible entre le féminin et le masculin alors OUI pour cette merveille tout juste sortie du pays, je me voie déjà en talons et carré rose ! Des bises

    1. Dr Shooooes - 13 septembre 2016 - Répondre

      @Do Les Patricia Blanchet ! Tu as visé juste, les copines doivent se pâmer non ? :))

  27. Julie D. - 10 septembre 2016 - Répondre

    J essaie de multiplier les petites attentions envers mes proches : une carte postale aux gens qui sont loin, un gâteau maison pour les collègues, des chocolats pour ma grand mère gourmande ,un petit cadeau qui me fait penser à la personne… le but n’est pas de se ruiner, mais une petite attention inattendue fait tellement plaisir ! Même à des inconnnus…j offre toujours mes revues ou mon livre (si il est finit bien sûr! ) aux voyageurs que je croise à l arrivée du train. Bref rien d’extraordinaire juste un peu de rose dans ce monde de brutes !

  28. Célou - 11 septembre 2016 - Répondre

    Hii :)
    Merci Mathilde pour ce joli billet tout doux qui fait du bien… :)
    J’ai aussi eu droit à la question traumatisante quand j’étais petite… Le genre de truc qui m’a absolument pas donnée confiance en moi xD
    Au delà de nos proches, je pense aussi qu’il est aussi tout souhaitable d’être proche des gens avec qui ont vit « de loin », ces personnes qui font partie du paysage… Comme les voisins! La semaine dernière ma voisine était seule chez elle, ses enfants/petits enfants étant partis sans elle en vacances, et lui avoir fait un peu la conversation m’a fait un bien FOU. Rien que de lui demander comment elle allait, lui dire que si elle avait besoin j’étais là… Si seulement tous les voisins pouvaient être un peu plus avenants, un peu plus intéressés par les personnes que le hasard a mit à côté d’eux! J’ai téléchargé il y a peu une appli consacrée au voisinage, où on peut offrir des services et demander si besoin… Je pense que chaque main tendue est bienvenue, qui sait, une personne éloignée peut petit à petit devenir très proche? :)
    Merci pour ce magnifique cadeau… C’est tellement adorable!
    Je te souhaite une belle continuation avec ton futur petit bébé :)
    Bisous ♥ ♥

    1. Dr Shooooes - 13 septembre 2016 - Répondre

      @Célou C’est quoi cette super appli ? :) des bisettes

      1. Célou - 13 septembre 2016 - Répondre

        « Mon P’ti Voisinage » :)
        Tu verras, c’est top! (si t’as des voisins accros à leur téléphone :p)
        XOXO

  29. Arielle - 11 septembre 2016 - Répondre

    Les mots roses.
    Les mots roses que j’aime entendre. Les mots roses que j’aime donner. Ce sont les mots barbapapa. Les mots doudou. Ceux qui attendrissent et auxquels on veut croire. Qui nous ramènent à l’enfance douce, l’enfance sans mélancolie. Les mots qui font qu’on va se sentir aimée. Et qui vont donner envie d’aimer.
    Les mots roses c’est « viens près de moi, je pense à toi, je comprends, fais-toi plaisir, regarde autour de toi, prends du temps pour toi, donne un peu d’attention aux autres, souris, aie confiance en toi, bichette, minette, petite diablesse ou encore joli coeur, diable d’amour, petit chat ».
    Les mots roses c’est les mots pastels qui caressent, qui donnent un filtre velouté à la vie. Ceux qui
    dorlotent et enjôlent, ceux qu’on essaie d’attraper quand on est inquiet, ceux qui rendent beaux, ceux qui nous font baisser la garde.
    Les mots roses ce sont les petits mots sucrés, lumineux, régressifs et pleins d’élégance et de résistance à la morosité.
    Comme ce sac.

    1. Dr Shooooes - 13 septembre 2016 - Répondre

      @Arielle Comme c’est beau :) J’avoue que parfois, je m’auto-appelle petit chat pour me donner du courage dans les moments éprouvants! Et ça marche la tendresse pour soi-même. Merci d’avoir joué et d’avoir pondu un petit texte so chamallow, bises

  30. mirentxu - 11 septembre 2016 - Répondre

    Rose, voila un beau prénom ( celui ma ma très chère mamie)
    Rose, ma fleur préférée si belle, odorante se protégeant avec des épines
    Rose, une couleur qui n’appartient pas qu’à Barbie mais bien
    à des super mamans, femmes, canaillettes….
    Rose, qui m’évoque la tendresse et la bienveillance dont on a besoin et que l’on donne.
    Rose, une teinte fort bien choisi pour un sac :)
    bonne soirée

    1. Dr Shooooes - 13 septembre 2016 - Répondre

      @mirentxu Une poète :)

  31. Lagaude - 12 septembre 2016 - Répondre

    Très très joli sac!! À porter avec des baskets roses ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *