Le Développement Pershoennel

dolce-gabbana-shooooes

Le Développement pershoennel est une notion très ambivalente en France. C’est tout simplement un gros mot, un truc de fille qui se cherche indéfiniment et achète des shoes en pensant que le déclic est proche (Manara si tu m’entends).

Pourtant le développement pershoennel est bien plus qu’un simple acte compulsif d’achat. C’est une manière de mettre en branle son imagination, de déchausser ses schémas tous faits en pratiquant la visualisation shoesesque.

kesako ?

C’est un exercice simple et rapide (auquel je vous invite à participer dans les commentaires ci-dessous)(sans vouloir faire de proshoelytisme, vraiment) qui consiste à se projeter en entier dans un soulier. Pas se taper la tête dedans bien sûr, loin de moi l’idée que vous vous blessiez. Mais de se poser cette question : si j’étais cette chaussure, qui serais-je ? Question métashoesique par excellence.

Lors de mes conférences shoesesques, je fais souvent faire cet exercice à mes petites brebis de la shoes, et c’est toujours un ravissement d’assister à un lâcher prise de groupe et de voir les inhibitions décoller de leur semelle pour parcourir les sept lieues de l’imagination.

Cette pratique se fait à tout moment, l’important est de trouver une paire (sur les sites comme Net-à-porter ou Matches Fashion) qui vous murmure du cuir et des couleurs à l’oreille, dont les détails vous transportent loin de vos doigt-de-pieds. Peu importe qu’elles soient portables ou non, peu importe leur prix, abandonnez-vous à leur pouvoir shoesesque, laissez-vous transporter dans un monde sans cadre ni limite. Un monde où vous perchez votre âme au sommet d’une aiguille.

Pour mieux vous faire comprendre cette pratique psyshoelogique, voici un extrait de ma propre méditation shoesesque de ce matin. J’ai choisi des sandales Dolce&Gabbana totalement inadaptées à ma vie (il y a tout simplement trop de pavés à Montmartre)(c’est la raison majeure oui)(pas mon style de vie non), à 1950 euros (une bricole) :

 » Si j’étais ces chaussures, je dormirais dans une grande chambre dans un château au beau milieu du lierre et de la forêt, les oiseaux dormiraient sur les montants de mon lit en bois. Il y aurait quatre grandes fenêtres qu’un soleil bas et romantique d’hiver transpercerait de ses rayons immaculés. À mes pieds, sur un tapis en laine de mouton rose pâle, une petite biche seraient étendue, des couronnes de fleurs autour de son frêle cou tacheté. Elle serait chaussée de minuscules sabots de vair. Et lorsque je descendrais les marches de ce palais, je découvrirais un monde qui a tout compris. Les chevaliers seraient l’égal des femmes, ils accoucheraient d’enfants jolis et braillards, les berçant avec sérénité. Des chaussures noires et blanches réciteraient de la poésie en cuisinant des bols Vegan avec du quinoa et du chou Kale. Rien ne serait jamais sali et personne, pas même une tong vieillissante, n’aurait besoin de nettoyer quoi que ce soit. Tout serait avalé par les germes de la Terre. Une Terre bienveillante qui ferait pousser des arbres à chaussures dans ses forêts abondantes. Chacun serait chaussé de souliers qu’il a choisi et cueilli avec soin, les conservant aussi longtemps que possible. Préservant leur beauté avec respect. Les usines polluantes n’existeraient pas. Même pas le plastique. Seulement l’amour. »

 Voilà. Le cannabis, l’alcool, la MD, le Bourgogne et d’autres substances sont autorisées mais je précise que je suis à jeûn (enfin j’ai bu un verre de limonade au gingembre).

Allez petite brebis, choisis une paire et laisse ton coeur murmurer.

bisous.

Aidez moi à devenir célèbre, ça fera plaisir à ma mère. Partagez :

6 commentaires

  1. Noémi - 27 octobre 2018 - Répondre

    Tu pourrais faire un dessin de ce que tu as écrit ci dessus, ou un cartoon très joli, tu es comme un Tim Burton en fille !
    Je t’admire. A bientôt ! Noemi de St Fargeau

    1. Dr Shooooes - 29 octobre 2018 - Répondre

      @Noémi C’est marrant que tu dises cela car hier, j’ai songé à travailler avec une illustratrice pour m’accompagner dans ces scènes de shoes. Donc tu tombes pile dans le mille :) C’est un signe pour moi ! Tim Burton en fille ? Wahou, plus beau compliment ever gniark gniark. À bientôt dans les forêts enchantées de la Grande Mademoiselle Noémi, et merci pour ces mots. bises

  2. Clao - 29 octobre 2018 - Répondre

    Quel exercice ! Mes shoes à moi seraient les Yasmina Pom Pom embellished mirrored-leather sandals de Sophia Webster qui ne seraient plus sold out sur Net à Porter : offertes par mon chéri en guise de demande en mariage pour nos… tiens c’est l’année prochaine : on va dire nos 20 ans d’amour.
    Ma vie serait tellement sans souci, que je pourrais aussi porter les Nicole au quotidien, et les Lucia pour aller dîner. Je n’aurais jamais le mauvais gout d’acquérir les Evangeline ou autre paire Mariah Careysque papillonnesque.
    On vivrait dans une maison où chacun de nos enfants aurait sa chambre, le ménage se ferait tout seul, et les courses aussi, et ce ne serait jamais l’hiver, juste le printemps ou l’automne, et un bel d’été ! On vivrait dans un univers où Liberté, Egalité et Fraternité ne seraient pas des idéaux, qui ressemblerait au Wakanda pour sa technologie et où la voiture ne tomberait donc jamais en panne. Plus prosaïquement comme toujours à côté de la mer, mais cette fois on aurait la vue !

    1. Dr Shooooes - 29 octobre 2018 - Répondre

      @Clao Tu devrais peut-être te les acheter non ? C’est plus simple lol Et s’il faut une vraie bonne raison, je dirais aux noms des 4 points cardinaux de la cosmogonie interplanétaire. çA c’est toujours l’argument qui tue ! :) gros bisous et merci d’avoir partagé ta vision ;)

  3. Gaëlle - 29 octobre 2018 - Répondre

    Aller je participe !
    Je vais faire simple, ma paire du jour (demain ce pourrait être une autre), ce serait un modèle désormais abordable car méga soldé et dans lequel il reste ma pointure en plus, donc presque pas un rêve mais un peu quand même : https://www.matchesfashion.com/fr/products/Tabitha-Simmons-Sandales-ray%C3%A9es-%C3%A0-brides-crois%C3%A9es-Connie-1195039
    Ces sandales à talons hauts en liège, à brides couleur de l’arc en ciel, de Tabitha Simmons, ce serait genre moi, mais en mieux. Ce serait dans une vie où je saurais marcher sur 10cm de talons en tenant toute la journée nickel chrome, comme si j’étais en derbies, sur les pavés de la Butte comme dans les champs de pâquerettes au printemps, sans avoir la plante des pieds en feu ni les pieds qui gonflent, parce que simplement ce serait moi en mieux. Ce serait la vie qui fait pop comme un bouchon en liège qu’on fait sauter à chaque instant, car on a toujours un truc à fêter sans avoir de scrupules de passer pour une poivrote. Ce serait une vie aux couleurs de l’arc en ciel, gaie, enjouée, légère, où il ferait toujours entre 22 et 26 degrés même la nuit, sans pluie, mais ce ne serait pas la peine d’arroser ta terrasse tous les jours pour autant.
    Et nan nan c’est pas triste, c’est pas morose. Parce que c’est presque à ma portée shoesesque ;-)
    Des bises !

    1. Dr Shooooes - 29 octobre 2018 - Répondre

      @Gaëlle Mais oui parce que si tu vois ça dans ses pompes, c’est que c’est déjà largement dans ta tête. Tu vois les dessins étranges de psy (avec les tâches), bah ceux qui veulent voir la mort voit la mort et ceux qui veulent voir la vie, voit la vie. Bah toi tu vois des bulles et du champagne, c’est ton essence ! lol des bisous et bravo pour cette prose à bulles.

Répondre à Clao Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *