Vous prendrez bien un coup de rose ?

Pourquoi s’en priver ? Le rose, c’est la couleur tapie au fond de nous. Celle qu’on a porté en total look décomplexé à 4 ans, celle qu’on juge de mauvais goût quand on est ado mais qu’on regarde avec convoitise sur la fille qui ose, celle que les gens taxent de fifille dans un rejet primaire de la chose féminine, puis, enfin, dans une phase de libération, celle qu’on tente un jour à l’âge adulte… pour réaliser qu’on a reçu des compliments toute la journée. Le rose réinvente les couleurs auxquelles on le confronte (orange vif + rose pâle = merveilleux), le rose aime la peau, pourvu qu’on trouve sa nuance personnelle, le rose est gaie, tout simplement. Moralité, il est temps de changer nos moeurs, le rose a droit d’être l’égal du bleu. Pourquoi le bleu serait-il consensuel et le rose, shocking ?

C'est par ici !


C'est daimgue, le din !

Je sais. Encore une fois, je vise en plein dans le mille. Depuis ce matin, une impression vous enveloppe, une question vous taraude, quelque chose de flou et d’indistinct… Et voilà que je mets les pieds dans le plat : le daim c’est dingue (même si c’est interdit aujourd’hui d’utiliser cette appellation)(dieu merci, ce ne sont pas des daims qu’on tue pour vous faire des chaussures). Vous et moi, on fait s’aligner les étoiles je crois. Bref, que vous soyez rock un brin Saint Laurent, bohème carrément Pocahontas (comme ce modèle Sézane ci-joint) ou tout simplement adepte du camel, voici la sélection de l’année pour vous procurer juste de quoi pile poil être dans la saison.

C'est par ici !


Aaaah, la Saint Valentin

Quand j’avais 18 ans, j’étais enfin en couple le 14 février. Je me suis empressée d’acheter Acqua di Gio pour ce cher et tendre de ma vie du moment. Lui, il avait prévu un haussement de sourcils en guise de cadeau. Rien, le néant, le mépris face à la commercialisation capitaliste de ce sentiment si tendre qui nous unissait. J’ai remballé ma fierté en même temps que je l’ai emballé et depuis, j’ai toujours fait en sorte que les hommes de ma vie n’aiment pas la Saint Valentin. Il m’avait ouvert les yeux. Quand je rencontre un homme, je lui demande toujours dans les 10 premières minutes s’il fête les Valentines. J’ai vu de magnifiques spécimens pichnettés en un rien pour une réponse affirmative. À la place, je préfère, et de loin, me concentrer sur les chaussures à coeur. Les marques ont compris que j’aimais ça et en créent chaque année de plus folles et de plus nombreuses. C’est bon de se sentir aimée.

C'est par ici !


Frangement bien !

Vous pensez qu’on vous fait le même coup chaque année depuis la révolution sexuelle de 1974 avec les franges ? Et que vous trouvez ça chouette, sympatoche, marrant, ça-bouge-quand-on-marche-i-tou mais franchement, que c’est pas pour vous ? Vous n’avez pas tort. Enfin, vous n’AVIEZ pas tort. Parce que maintenant, toutes ces petites quequettes sur les chaussures, ça pimp un peu l’hiver non ? L’idée, ce n’est pas de jouer le remake de Hair au bureau, mais plutôt de s’arroger le droit à la légèreté. Et je suis sûre que ça, ça vous parle. Allez, je vous embrasse, tiens!

C'est par ici !


Coeur avec les mains !

Cette semaine, avec Tiphaine Menon, on vous recommande de porter des souliers pastels en plein hiver. Ça peut sembler complètement fou, dérisoire, à côté de la plaque. Tant du point de vue de la météo que de nos cerveaux désemparés, en quête d’oxygène. Mais fou, ça ne l’est tout simplement pas. Les temps qui courent nous ont appris à prendre la vie avec bénédiction. En marchant tranquillement sur le sentier de chaque jour. En cueillant la petite fleur fraîche qui nous tend les bras. Et un temps peu clément vous obligerait à mettre des godasses aussi tristes à pleurer que celles que vous vous autorisez en ce moment? Mais crotte de bique, non ? Comme la vision d’un bel homme au coin de la rue est toujours bienfaisante, la vision d’une paire lumineuse quand on baisse la tête is ALWAYS a good idea. À méditer.

C'est par ici !

Qu’est-ce que j’achète comme ssaussures à mon fils?

J’ai deux fils, pas de filles, et la société dit qu’on ne peut pas mettre de paillettes ni certaines couleurs très codifiées sur un garçon (cette fois-ci, on ne pourra pas dire que c’est moi qui fait des fixettes hein) (ya des tabous point). Alors je cherche des choses qui m’amusent, autant qu’elles peuvent amuser mon…
C’est pas fini !



Fleur de bitume

Puisque les runnings ont décidé de battre le pavé aussi fort que les escarpins, piquons à la nature ses plus beaux effets. De la poésie, du caoutchouc, de l’effet Couture, Raymonde et Simone n’en peuvent plus de renifler la tendance Sneakers.

C'est par ici !


L'immaculé sneaker.

Le problème avec ce genre de godasses, Raymonde, c’est que ça se salit drôlement. Nan, Simone, c’est pas que ça se salit plus, c’est que la saleté se voit, nuance. N’empêche, ça fait pas propre, Raymonde. Mais les jeunes, Simone, ça les dérange pas que ce soit sale. C’est la mode. Tsss, n’empêche.

C'est par ici !

2 collabs sur lesquelles se jeter!

Même si vous êtes débordés demain, focus sur les priorités : décollez-vous de votre ordi et allez faire un tour chez Monoprix et Eram. Le premier lance sa collaboration avec Thomsen : une jeune créatrice qui compose un vestiaire féminin à partir d’éléments du masculin. De l’androgyne comme on aime, le tout dans des coloris et des…
C’est pas fini !


Le point sur la sneaker de luxe.

J’entends souvent dire qu’on est outré par le prix indécent des baskets de créateurs. Mais je crois qu’il y a une erreur de perception : l’objet sort de sa fonctionnalité et il n’est plus question de pratique sportive mais de mode. Oui, une sneaker en cuir coûte aussi chère qu’un soulier haut de gamme. Pas…
C’est pas fini !


It’s monday, it’s Monday Wear.

8h. Non. Oh si, c’est dimanche. 10h. Le thé fume paresseusement. 11h. Il est encore tôt, la matinée n’a pas de forme, encore moins d’objectifs. Plus tard, il y aura le déjeuner familial. Puis l’après-midi. À 16h, le temps aura encore du temps pour s’écouler. À 19h, la fin rôde mais la soirée sera dédiée à la…
C’est pas fini !