Cannes, shoes qui peut !

leaseydoux

Léa Seydoux portant le fameux modèle Lance de Jimmy Choo.

À Cannes, il y le marché du film et celui des robes et de la shoes. Puisque personne ne peut voir les films mais que tout le monde regarde la montée des marches, autant investir dans ces quelques minutes. Cela donne lieu à une vaste guerre thermonucléaire entre toutes les maisons, à celle qui saura réchauffer le Red Carpet à coup de stars portant leurs paillettes. Ces dernières sont donc submergées de propositions (en or ou en cash) pour orner leur courbe de robes, souliers, sacs et bijoux. Des prêts qui, parfois, peuvent mener à des moments gênants. Ainsi, on a vu Julianne Moore sur le Tapis Rouge tout doigts de pied dehors avec des sandales bien trop petites pour elle (édit du 27 mai : l’actrice revient sur « l’affaire » ici). C’était si affreux, comme de voir quelque chose qu’on ne devrait pas voir. Comme une jupe prise dans un sac et qui découvre toute la culotte et le derrière qu’elle contient. Comme le relevait justement une amie, n’a-t-elle pas, nom d’une shoes, les moyens de s’acheter une paire plutôt que de s’en faire prêter une qui ne lui va pas ?

Bref.

Je vous entends marmonner là. Non, ne soyez pas médisant, tout ne se monnaie pas quand même…

Et notamment, concernant les chaussures, il y a toute une petite installation qui repose sur la chance et le savoir-faire. Tapis dans les suites des grands hôtels, les chausseurs guettent la star. À leur disposition, un stock de modèles estampillés « Red Carpet » ( = comprenez, qui soit assez show off pour ce moment d’exception, et en même temps, assez passe-partout pour s’accommoder de toutes les robes) et ceci, dans les pointures les plus courantes. Toutes les stylistes des stars savent qu’elles peuvent à tout moment faire appel au service des chausseurs. Parfois, elles passent faire un choix de modèles dans la suite mais souvent elles sont obligées de s’en remettre aux bons soins de l’attaché de presse maison (faute de temps), qui doit elle-même assurer si elle veut voir ses souliers dans l’objectif des photographes. L’un de ses chausseurs « roi du festival » est Jimmy Choo (qui vient d’ailleurs d’embaucher Nicole Kidman comme égérie de sa prochaine campagne) (du coup, elle, elle ne porte que du Jimmy Choo) (je l’avoue, c’est tortilloné ces histoires). voyez : kidman

Je suis admirative du travail de l’attaché de presse de Jimmy Choo. Durant 10 jours, elle ne dort pas, ou presque, et sait devancer les désirs des stars. Wouah. Léa Seydoux vient de choisir une robe Valentino en dentelle bleu ciel ? Sans aucune autre information, A. doit en 15 minutes choisir les modèles, les couleurs et les pointures (vous faites un 38, oui mais peut-être que chez Jimmy Choo, vous faites un 37,5 ? Voyez la difficulté ?). Puis, une fois sa sélection prête, se rendre en quelques instants auprès de la star en plein stress pré-Red Carpet. On imagine les séances de désespoirs, de snobisme, de pleurs, de cris auxquelles A. a dû assister durant tous ces festivals… (que j’ai promis juré craché croix de bois de pas raconter) (oui je saiiiiiiis c’est horrible).

Parfois, ça marche, parfois, c’est dans l’eau. C’est le jeu de la guerre.

L’un des modèles « super poulain » de Jimmy Choo, c’est le modèle Lance : on le voit sans cesse sur les actrices. Si je n’avais pas des problèmes à récupérer les images, je pourrais vous en montrer des dizaines. Il est efficace parce que ses lignes sont discrètes ET décoratives à la fois. Les lanières sont présentes sur la jambe et s’y fondent en même temps. Certes, elles ont un côté show off mais pour une de nos avant-premières à venir, c’est bien, non ? (euuh mais j’ai quoi comme avant première au fait ?) (bah rien).freida

Je précise qu’aucun de mes posts, jamais, n’est sponsorisé. J’ai choisi de parler de Jimmy Choo car c’est un véritable acteur du festival.

Je crois qu’il faut le reconnaître, ce post touche au génie. Partagez :

4 commentaires

  1. Sarafraîchit - 23 mai 2013 - Répondre

    La pauvre Julianne Moore qui chausse du…47…pas facile pour elle…

    1. Shooooes - 23 mai 2013 - Répondre

      @Sarafraîchit @Sarafraîchit hinhinhin, la pôôôvre ! :)

  2. jicky - 24 mai 2013 - Répondre

    ah oui, d’accord, en te lisant, on comprend mieux comment le genre de catastrophe à la Julianne Moore a pu arriver… à se demander même comment ça n’arrive pas plus souvent, tiens!

  3. Virginie/Mode9 - 24 mai 2013 - Répondre

    C’est l’erreur fatale, de se faire prêter des chaussures au dernier moment, que l’on n’a pas testé ! C’est ça l’effet coincé red-carpet ! (entendu Marion Cotillard, l’air boiteux, gémir à l’oreille de son Guillaume, « j’ai les pieds sciés en deux » ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *