Le bon goût, c’est moi. Euh, ou c’est toi ?

mysuelly

« Le goût ou gout est la faculté de percevoir et discerner les beautés et défauts des choses, notamment dans les domaines esthétiques et intellectuels. Une personne possède ainsi du goût, ou bien « n’a pas de goût » voire « mauvais goût ». »

Dimanche midi, j’écoute l’une de mes émissions favorites à la radio : « des papous dans la tête ». Les chroniqueurs s’amusent à raconter des plaisirs personnels qui sont malheureusement étiquetés comme étant « de mauvais goût ».

Je ris. Moi, j’aime les trucs qui brillent un peu trop. Avec des strass et des perles amassés façon Pirate des Caraïbes. J’adore quand c’est, en plus, détourné et brodé sur des matières ou des modèles absurdes. Comme ces mocassins My Suelly tout copiés sur les mythiques Weston (allez, on ne va pas leur jeter la pierre) et méga ornés de trucs qui brillent trop.

(J’espère avoir détourné ces mocassins en les associant à un jean brut et un pull tricoté et torsadé esprit 70’s) (sinon, tant pis, ma réputation est foutue).

« Par extension, le goût désigne le jugement ou l’opinion sur une chose. Une chose est caractérisée par exemple « de bon goût » ou « de goût », ou bien à l’inverse « de mauvais goût », voire « dégoûtante ». »

Plus tard dans l’après midi, je suis dans la rue près de chez moi avec l’homme-qui-partage-ma-vie-et-empli-mon-coeur-de-joie-et-d’amour (il lit mes posts), et je vois une fille avec des pompes, mais des pompes, et je dis « c’est pas possible de mettre des trucs comme ça », d’un air hautain de rédactrice de mode que, même moi, ça me fait flipper toute cette intolérance. Et, l’homme-qui-partage-ma-vie-et-empli-mon-coeur-de-joie-et-d’amour me dit « qu’est-ce que t’es snob ». Je lui dis « non, je suis objective, c’est tout » (tellement foireux comme notion l’objectivité)(parce qu’en fait, je suis vexée, je déteste qu’on me dise que je suis snob, je préfère n’être qu’un puit sans fond d’amour).

Dans la soirée, quand  je vois sur l’instagram de l’une des mes meilleures copines de la fashion (dont le goût est multi-approuvé par les gardiens du temple) les bottines zippées en cuir noir à talons super aiguilles signées Saint Laurent qu’elle vient de s’offrir, mes oreilles, mes yeux et ma langue se rétractent. Je me sens fautive tout à coup. Sur le trottoir de ma ballade quelques heures plus tôt, j’ai balayé du revers de la mode une simple passante pour ensuite approuver cette mode qui flirte avec le trottoir ?

Mon cerveau est tout engagé dans cette vaste réflexion qui se résume ainsi « ah la la les histoires de goût ».

Pourtant, il y a bien du bon et du mauvais goût, non ? C’est bien à cette quête métaphysique que s’atèlent les innombrables articles qui recensent les Grands Classiques Intemporels à porter toute la vie ?

Est-ce qu’il y a une recette du bon goût ?

J’avais commencé à écrire un pataquès pas possible de mots pour essayer d’énoncer quelques règles de bons goûts et puis, l’embrouillage de pinceaux considérable dans lequel je me suis retrouvée m’a remis dans le droit chemin : la notion de diktat contenue dans la question est trop terrifiante. Et trop triste. Certes, on est parfois obligé de se conformer à une esthétique commune. Certes, on n’a pas tous des coeur de Lady Gaga, à vouloir se démarquer à corps perdu par le biais de notre apparence. Certes, se glisser dans le bon goût qui est surtout un pareil que l’autre si cher à notre adolescence est aussi l’expression du désir d’être pei-nard. Certes, on pourrait dire que la ligne claire est l’unité de mesure du bon goût (graphique, minimaliste, géométrique, straight, sharp, acérée, droite (mais courbe ça marche aussi), voilà le vocable des années 2000).

Mais je suis trop snob pour prétendre détenir le bon goût universel.

À 10 millions de partages, je me mets toute nue en Loubout’ à Répu.

7 commentaires

  1. géraldine - 10 décembre 2013 - Répondre

    Mathilde quel chouette post. c’est tellement difficile de se positionner DANS L’ABSOLU. je veux dire que nos goûs (les miens en l’occurence) sont tellement liés à l’environnement. je vais voir un vêtement sur un cintre je ne vais pas l’aimer. je vais le voir sur une fille je vais l’adorer.
    je vais voir une association la saison dernière, je ne vais pas l’aimer. je vais la voir cette année, je vais l’adorer.

    la seule chose définitive chez moi c’est NON au bleu + noir. après le reste… je laisse le temps faire son oeuvre… :)

    1. Mathilde Toulot - 10 décembre 2013 - Répondre

      @géraldine et peut-être est-ce bon de changer d’avis. Vive l’inconséquence ! ;)

  2. Clam - 11 décembre 2013 - Répondre

    C’est drole, moi je suis pour le bleu + noir, pour le rose et le rouge (bon je ne mixe pas encore le orange et le rouge mais je sens que ça ne va pas tarder) et j’admire toutes celles qui parviennent gaiement à assembler les pièces et les imprimés les plus improbables.
    Je trouve que c’est une science.

    Sinon, d’accord avec toi Mathilde dans le fond, en matière de mode, le mauvais gout d’hier est le bon gout de demain et vice versa. Difficile de ne pas se renier ou encore de jurer fontaine je ne boirai pas de ton eau… :) on est toutes des parjures en puissance.

    allez, et que demain nous apporte son lot de scélérattitude !

    PS: très très sympa ton blog, je l’ai découvert il y a seulement quelques jours en écumant le web avec fureur.
    Après des années de sagesse preppy (church’s weston etc), me voilà tentée par les sirènes Laurence Dacade (Merli patchwork biker pour les intimes)… J’aime bien l’aspect rock mais quelque chose me dit que ça ne flatte pas le mollet ;) aurais tu un avis là dessus? A très bientôt!

    1. Mathilde Toulot - 11 décembre 2013 - Répondre

      @Clam Je les trouve très belles et intemporelles (mais très chères…) et pense comme toi qu’elles ne flattent pas la jambe de toutes les filles. À essayer, en bref. bise ;)

  3. Virginie/Mode9 - 12 décembre 2013 - Répondre

    Malheureusement tout ça n’a rien à voir avec le bon ou le mauvais goût (surtout quand on bosse dans la mode, on est vacciné, j’ai envie de dire !), mais est une question de classe sociale !! J’imagine facilement que la fille que tu as croisé dans la rue n’était pas de « ton » milieu, tout simplement alors que ton amie en Saint-Laurent, si ! C’est un sentiment humain (ça m’arrive aussi ! :-() et c’est en effet plutôt snob (ton chère et tendre a raison !). En matière de mode (plus qu’ailleurs), il y a des familles, qui ne se mélangent que très rarement !

    1. Mathilde Toulot - 12 décembre 2013 - Répondre

      @Virginie/Mode9 Oh que oui… Comme les standards de beauté qui varient d’une culture à l’autre. Ma copine Lili Barbery Coulon a écrit un superbe papier dans M Le Monde il y a quelques semaines. Elle a enquêté sur les canons de beauté en Corée (les femmes sont obsédées par la minceur), et elle racontait que les coréennes la trouvaient trop grosse, puis une semaine plus tard, au Maroc, tous la trouvaient trop maigre. Question de culture et…de diktat.

  4. Violette - 19 décembre 2013 - Répondre

    Désolée par avance pour ce commentaire légèrement hors sujet, mais je suis HEUREUSE de savoir que quelqu’un d’autre (et de moins de 60 ans) écoute Les Papous dans la tête comme moi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com