Julien Granero, « Je regarde plus les chaussures que les yeux des gens. »

Je me demandais sérieusement depuis quelques saisons qui se cachait derrière les collections Mellow Yellow. Ultra créatives, surprenantes tout en reprenant les éléments essentiels de l’air du temps, le tout à des prix terriens, qui osait se démarquer ainsi ? Un jour, j’ai dit, qu’à cela ne tienne, j’irai débusquer ce flibustier de la shoes pour l’obliger à tout me raconter.

Je l’ai eu pendant 2 h. Je lui ai tout demandé et, après, en descendant les marches du métro, je me suis dit : ce garçon a su trouver sa place dans ce monde. Entre Mellow Yellow et lui, il ya une alchimie. Et je ne dis pas ça pour faire de la poésie.

julien1

Julien Granero est chausseur-photographe, et inversement (« les deux sont indissociables dans mon travail). Il « aborde la mode de façon légère », invente un style « hyper féminin, mêlant le sport et l’humour » et ne cache pas s’amuser « à déranger un peu ». Julien n’aime pas ce qui est « sérieux et prout-prout » et préfère aller courir dans les parcs plutôt qu’aux cocktails mondains, fait les expos quand elles sont presque finies et pourrait se passer de Paris.

Raconte, Julien.

« Je suis originaire de Romans (l’un des berceaux de la chaussure française). Le fait de côtoyer tout l’univers Charles Jourdan, ce n’est pas anodin, cela m’a marqué. Il y a une culture de la chaussure à Romans. D’ailleurs ma mère a tendance à tout mettre dans les souliers ! »

« J’ai dessiné ma première paire à 4 ans. Ma mère s’était achetée des chaussures chez Jourdan justement, violettes avec une grosse fleur en satin. Je les avais re-dessinées de devant, de derrière et de profil. Ma mère était sidérée ! Je dessinais des chaussures tout le temps, par contre, les vêtements ne m’intéressaient pas du tout. Dessiner une robe, j’en suis incapable ! »

mellowyellow5« Pour la collection printemps-été 2014, j’ai aussi la satisfaction d’avoir réussi à mettre au point des choses très difficile, comme ce jeu de rubans et résille. »

« Je n’ai pas un parcours traditionnel puisque j’ai fait l’école d’art et de design de Grenoble. Je me destinais à la photo. Je suis même parti à Nottingham et ai reçu des cours de Mario Testino. Je faisais surtout de la « nature morte » en utilisant l’objet chaussure. À la fin de mon école,  la marque One Step  m’a appelé pour que je dessine leurs collections de chaussures ! J’ai alors appris à faire fabriquer des chaussures. Que ce soit dans les usines en France, à Cholet, comme en Chine où j’ai fait mes premiers voyages.

Puis, j’ai gagné le concours Bata des jeunes créateurs en 2008 (comme Amélie Pichard) (un vivier à futurs talents, ce concours !). Ma collection est sortie au Printemps 2009.

Puis, j’ai voulu me perfectionner.

Et j’ai tenté le concours de l’IFM (institut français de la mode) et j’ai été admis. J’ai fait ma rentrée. On était trié sur le volet (c’était la section internationale chaussures et maroquinerie), et je me suis rendu compte que… je n’avais rien à faire là. Ce n’était pas mon chemin, je me sentais engoncé. C’était théorique, très fliqué, normalisé. J’ai tenu deux mois (une éternité !), puis un soir j’ai dit aux profs : « demain, je ne reviendrai pas ». Cela a été une décision très dure à prendre. Rentrer à l’IFM avait été un vrai investissement, avec dossiers sur dossiers… Ils ont essayé de me persuader de rester mais j’ai tenu bon. J’ai pris mes affaires et je ne suis jamais revenu.

Il faut prendre des résolutions dans la vie !

Du coup (on était en 2010),  j’ai contacté Mellow Yellow et je leur ai dit « je suis frais et dispo. »

Mellow Yellow ?

C’était la marque créative avec des prix accessibles, une notion importante pour moi. D’ailleurs, c’est exactement pour cela que le cursus IFM ne m’intéressait pas : c’était trop élitiste, créateur, grande maison, hermétique… Pour moi, « créateur » ne veut pas forcément dire « inaccessible ». Il faut être en adéquation avec la rue. Ma satisfaction, c’est de constater que les nanas portent mes chaussures. Chez Mellow Yellow, je m’exprime comme je le ferais si c’était ma marque. Je n’ai pas de contraintes en terme de style.

mellowyellow3Collection printemps-été 2014. « Ces mocassins, qui sont l’un de mes modèles préférés, sont le fruit d’une véritable bataille avec l’usine. On a cherché le moindre strass, fait fabriquer le bijou par un fabricant spécialisé… »

Et une ligne Homme chez Mellow Yellow ?

C’est un peu dans les tuyaux mais je ne suis pas très sensible à l’univers masculin… Je m’inspire souvent des détails de l’homme pour travailler sur la femme, c’est plutôt dans ce sens-là que ça marche. Et puis il y a du boulot sur la femme ! Les collections sont très larges avec environ 160 modèles (sachant qu’on en sort 400 au départ !).

Comment tu travailles ?

Je me sens privilégié, je n’ai pas l’impression de travailler dans la mode. La force des chausseurs, c’est de réussir à prendre du recul par rapport aux courants mode du prêt-à-porter. Et le fait d’être passé par un cursus artistique m’offre ce côté ludique et moins « mode ». Je regarde très peu les tendances, je marche au feeling. Pour créer une collection, j’emmagasine des images, puis à un moment, tout déborde. Je ne vais pas bosser au bureau, je rentre chez moi, je m’enferme pendant 4 jours et là tout sort en jet. Ca peut faire flipper car on ne voit rien pendant des semaines… Mais Mellow Yellow me laisse une grande liberté.

mellowyellow2Collection printemps-été 2014. « La chaussure de Marilyn Monroe quand elle va voir les GI… »

Tes inspirations ?

J’aime prendre des icônes et les twister. Comme Twiggy, Marilyn, ou Audrey Hepburn, je les imagine au ski, sur une Harley… Je m’inspire aussi beaucoup des vieilles dames très chics, avec leurs accessoires exubérants ! Cela fait rire pas mal de gens de mon entourage (surtout ceux qui ne travaillent pas dans la mode), ils me disent « arrête avec tes vieilles ! », moi elles me font  rire et elles me fascinent !

Tes chausseurs favoris ?

J’aime André Perrugia, Charles Jourdan et Roger Vivier, c’est la source. J’aime aussi Bruno Frisoni (actuel créateur de Roger Vivier) et le style intemporel de Michel Vivien.

jourdan-julienPhoto par Julien himself.

Ta paire de chaussures mythique ?

Une paire de Jourdan (ci-dessus), que j’ai trouvé aux puces et que je connais de livres ou de magazines. Le décolleté est hallucinant. J’aurais adoré l’inventer ! Aujourd’hui, on fait des décolletés en vague. Sur ce modèle, il est à l’envers, très ajouré sous la malléole et finit en pointe à l’arrière. Et ce talon en métal avec une boule coupée en deux… trop beau !

ET TOI ?!

Que portes-tu comme chaussures ?

Je suis un caméléon (ce jour-là,  il porte des derbys vernis  noirs Christian Louboutin), mais souvent, je suis en Basket

Comment ranges-tu tes chaussures ?

Je garde tout, (quand je serai vieux, ce sera une catastrophe) et je suis hyper soigneux. Dans la boîte d’origine, dans le pochon, avec un polaroid dessus et après je les empile. Il y a un placard réservé aux chaussures chez moi.

Tu as combien de paires ?

200… Dont une centaine de paires de baskets. Je suis prêt à mettre les mêmes fringues pendant 10 ans mais les pompes… Faut que j’arrête !

Je crois qu’il faut le reconnaître, ce post touche au génie. Partagez :

8 commentaires

  1. Géraldine - 28 janvier 2014 - Répondre

    moi je veux bien passer le reste de ma vie à regarder les yeux de ce jeune homme….

  2. Sophie - 28 janvier 2014 - Répondre

    OMG! c’est le sosie de Brian Austin Green, le mec qui jouait dans Beverly Hills!

  3. Naomi - 28 janvier 2014 - Répondre

    Oooohhh Mathilde, avoue, tu as fait cette interview exprès pour me faire plaisir, non ?! (Pas du tout égocentrée la nana…)
    Amélie Pichard, maintenant Julien Granero, le « responsable » de ces petites merveilles que l’on trouve chez Mellow Yellow… Je suis vraiment gâtée. :)
    Comme c’est inspirant de lire le parcours de ces personnes fantastiques ! Mellow Yellow est une marque formidable. Je portais des Mellow Yellow pas plus tard… qu’aujourd’hui ! ;)
    Merciiii Mathiiiilde !

    1. Mathilde Toulot - 29 janvier 2014 - Répondre

      @Naomi aaah top !! Lesquelles ? ;)
      c’est vrai que ces parcours sont vraiment très surprenants, Julien qui quitte l’IFM…c’est génial !

  4. MariePierre - 29 janvier 2014 - Répondre

    On comprend que le monde ne tourne pas rond si les gens ne se regardent plus dans les yeux….

  5. Chaussures en cuir - 29 janvier 2014 - Répondre

    Vous avez là un grand passion, c’est vraiment très beau, en effet, il n’y pas que les vêtements qui comptent. On vous remercie pour cet article.

  6. CleMs - 30 janvier 2014 - Répondre

    En tant que grande admiratrice des designs de Mellow Yellow, je suis super contente d’enfin en savoir plus :)

  7. Hélène - 28 mars 2014 - Répondre

    Au secours ! Les shoes marylinesques sont trop mignonnes je les veux mais elle n’existent même pas sur le site de mellow yellow… docteur aidez moi où puis-je les trouver ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *