Collab’ : Eugène Riconneaus x Minelli

eugenexminelli1« Je crée des chaussures pour qu’elles soient vues de face » me lance, d’un air malicieux, Eugène Riconneaus. « Bah oui, quand on parle à quelqu’un, on est face à lui ! ». Hé !

Bien vu l’artiste. Pour vous en faire la démonstration à mon tour, j’ai donc photographié l’un de ses modèles phares, des escarpins imprimé noir et blanc, sous cet angle. Effectivement, on voit les noeuds du graphisme sur le côté et la symétrie des lignes.

eugene-riconneausHier soir à l’hôtel Georges V, Eugène, 24 ans, présentait sa collection capsule en collaboration avec Minelli. Bermuda et t-shirt blanc, baskets flashy aux pieds, casquette vissée sur la tête avec mèches folles qui en dépassent, le jeune créateur est rigolo et détonne dans ce monde de la chaussure. Il arrive avec une pile de polaroïds, et me montre les photos qu’il a prise le jour même pour illustrer sa collection. Sur les images, des filles longues et éthérées dans une légère ambiance de beuh. « Des copines », glisse Eugène. Le créateur balade un monde avec lui. Celui de la culture skate, des films de Larry Clark, un sentiment d’éternel jeunesse, avec pour décor les rues de New York, de Paris ou de n’importe quelle mégapole sauvage.

« Mon inspiration, c’est la new wave ».

eugenexminelli2Comme cet escarpin sexy au zèbre psychédélique. Il est doté d’une plaque de dentelle en métal sur la cheville qui lui apporte un côté mordant.

Eugène a la volonté de changer les choses et voudrait réconcilier le cool et l’aiguille. Des talons sur un skate comme image de paradis. Une utopie ?

Peu importe, sa démarche est touchante.

eugenexminelli3Mon modèle préféré, le voici : une creepers revisitée esprit santiag. (Je n’ai pas çà dans mon placard tiens)

eugenexminelli0La collection sera en boutique en septembre dans toutes les boutiques Minelli, à partir de 149€ et jusqu’à 219€ pour les bottines.

À 10 millions de partages, je me mets toute nue en Loubout’ à Répu.

5 commentaires

  1. Julie - 11 juillet 2014 - Répondre

    Minelli fait vraiment des chouettes collab, j’avais beaucoup aimé celle avec Laurence Doligé. La creepers-santiag me fait également de l’oeil !
    (Larry Clark ne prend pas de « e » ;) )

    1. Mathilde Toulot - 11 juillet 2014 - Répondre

      @Julie oups merci ! ;) je corrige.

  2. Claire - 11 juillet 2014 - Répondre

    Je suis perplexe, et pas sûre d’avoir envie de me promener avec du zèbre rouge ou bleu au pied. Les escarpins noirs et blancs, au contraire, me font de l’oeil.

  3. Peignoir - 22 juillet 2014 - Répondre

    Tous ces modèles d’escarpins sont vraiment classes à porter, trop magnifique!

  4. violette - 23 juillet 2014 - Répondre

    C’est horrible et vulgaire, cheap, franchement je comprend pas qu’on mette en avant ce genre de « createur »….il n’a rien comprit aux femmes le pauvre comme beaucoup de styliste qui partent dans leur délire et flatte leur égo au lieu de penser à embellir celle qui les porte.
    On dirait des chaussures de travelo, le motif est juste ….affreux, les talons immondes et les formes super ringardes. Un crime.
    FLOP

Répondre à Claire Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *