58M, le «Vénus Beauté de la shoes » fête ses 10 ans.

PORTRAITSOPHIE

Sophie Rioufol, propriétaire du multimarque de chaussures 58M

La boutique 58M de Sophie Rioufol est très connue des parisiennes qui aiment les chaussures. Et si vous habitez ailleurs, vous l’aimez déjà même sans la connaître. C’est l’une des meilleures adresses de la capitale. Sophie fête les 10 ans de cet écrin qu’elle a bâtit avec sa maman Marion, aujourd’hui disparue.

Laurence Dacade, Michel Vivien, Lanvin, Church’s, Tila March, la quintessence de la bonne shoes sans le bling bling d’autres adresses. Pour fêter sa décennie, Sophie a demandé à quatre créateurs très parisiens de lui confectionner un modèle sur-mesure, découvrez-les au fil de votre lecture.

On a déjeuné avec Sophie au Café Etienne Marcel (rue Etienne Marcel donc) (une rue de la mode à Paris) un mardi, on ne se connaissait pas. Au bout de cinq minutes, on était à deux doigts de se jeter dans les bras l’une de l’autre : nous avons fait la même école de théâtre – le Studio 34 – et partagé le même rêve, être actrice et metteuse en scène. Aujourd’hui, cette école n’existe plus, tout comme cette période magique de notre vie. (violons)

Comment est-ce que tout a commencé ?

Ma mère a monté les premières boutiques Freelance dans les années 80, et je n’arrêtais pas de lui dire « Tu ne veux pas qu’on fasse un truc ensemble, avec notre identité ?». L’idée est née de monter 58M (pour 58, rue Montmartre, l’adresse de la boutique). Ce que je ne voulais pas faire depuis toute petite, c’est-à-dire faire comme ma mère, je l’ai fait ! J’ai ça dans le sang et cela me rend heureuse. Je me suis rendue compte que vendre des chaussures, avoir un commerce, ce n’est pas qu’une question d’argent. C’est la dimension artistique et esthétique qui me plaît. Ça fait 10 ans que je me sens comme un poisson dans l’eau !

Si tu n’avais pas ouvert cette boutique, qu’aurais-tu fait ?

Je voulais être comédienne depuis que j’ai 10 ans. J’ai fait une école de théâtre après le bac et ce sont parmi les plus belles années de ma vie ! Après, j’ai galéré. Je pense que je n’avais pas la niaque pour courir de casting en casting et me faire parler comme à un chien par des directeurs de casting… Ils te disent que tu es trop belle pour faire partie des moches mais pas assez jolie pour faire partie des belles, ce type de rapport, ce n’est pas pour moi. J’ai donc repris mes études et j’ai intégré une école de communication médiation culturel qui s’appelle IESA, institut d’étude supérieur des arts. Un nom pompeux ! Je suis rentrée en deuxième année et j’ai trouvé ça génial. J’ai suivi des cours de com’ et d’histoire de l’art pendant deux ans, puis j’ai décroché des stages, d’abord chez Radio Nova puis au magazine Jalouse.

Sandale en cuir velours, talon peint à la main, Michel Vivien pour les 10 ans de 58M

Sandale en cuir velours, talon peint à la main, Michel Vivien pour les 10 ans de 58M

C’est quoi le concept de 58M ?

C’est le placard d’une femme : des chaussures pour bosser, danser, trainer ou être sexy,.. et aussi, je l’espère, un accueil sympa, chaleureux et pas hautain. Parce que, ça va, c’est cool comme métier, on n’est pas aux urgences, on vend des chaussures !

Comment as-tu fait au début ? 

D’abord je commandais très peu, en tâtonnant. Encore une fois, j’ai été à bonne école. J’étais avec ma mère qui faisait ça depuis trente ans. Ce n’est pas comme si on était novice ! Au début, j’ai surtout écouté. Et je donnais mon avis… comme une fille avec sa mère : « maman, maman, tu veux pas qu’on achète ça ?! ». Ensuite, on écrivait « Marion » ou «  Sophie » sous les commandes dans le stock. De cette manière, on savait ce qui avait marché et ce qui avait fait « banane » dans nos choix. Ma mère aimait bien les gros talons épais, carrés, très 70’s, moi ce que j’aimais, c’était les chaussures super girly, avec des talons vertigineux et des paillettes. Il a fallu qu’on s’accorde. Et c’est pour ça que la boutique a fonctionné dès le début : elle avait un concept qui plaisait à toutes les générations.

Et bosser avec sa mère ?

Bosser en famille c’est génial. Sauf que les engueulades sont beaucoup plus fortes. Quand ça gueulait, ça gueulait ahaha ! Souvent, ça partait d’un rien, un retard par exemple.

Comment est le quotidien dans une boutique de chaussures ?

Quand tu bosses dans une boutique de chaussures, c’est comme si tu étais esthéticienne. Les filles te montrent leurs pieds et comme c’est intime, cela déclenche la parole. Elles se dévoilent « excusez-moi, je n’ai pas eu le temps de faire ma pédicure » ou « excusez-moi, j’ai des pieds atroces ». Et puis il y a celles qui ont de très jolies petits pieds et qui crânent un peu. Il y a celles qui sont à l’aise, celles qui ne sont pas à l’aise, il y a les filles qui racontent vraiment leur vie, qui ont besoin de se confier. Il y a des clientes récurrentes, puis il y en a qui ne reviennent plus jamais, celles qui n’achètent pas mais ont un avis à donner sur ce qu’elles recherchent. Parfois on a une star qui vient un peu incognito, qui adore la boutique parce que c’est intime, qui aime être servie toujours par la même vendeuse. Il y a aussi les filles qui sont habillées un peu n’importe comment et qui vont dépenser plein d’argent et à l’inverse, celles qui sont griffées de la tête aux pieds et trouvent la sélection trop chère. Nous on aime cette partie du boulot. C’est vraiment un Vénus Beauté de la shoes !

Est-ce que c’est la crise dans les chaussures ?
C’est difficile, il y a une façon différente de consommer. Les filles vont à l’essentiel, elles ne sont plus dans les folies. Il faut vendre ce qu’on nous demande : du confortable, du facile, de l’indémodable. Et puis avoir la belle Charlotte Olympia en vitrine pour rêver.

Est-ce que tu te souviens des modèles qui ont eu un succès fou ?

Les UGG ! Quand on s’est mis à en vendre, on a été dépassé par le succès de cette chaussure… Réassorts sur réassorts. Alors que c’est loin d’être une chaussure que j’aime. Mais j’en portais moi-même !

C’est quoi tes marques préférées ? 

Michel Vivien, je suis une fan absolue. J’ai beaucoup de connivence avec son univers, ses choix de matières de couleurs… Et ce qui ne gâche rien, l’homme est super sympa et très intéressant.

Tila March pour les 10 ans de 58M

Escarpin à bride cheville en cuir verni Tila March pour les 10 ans de 58M

Quelle est ta paire préférée en ce moment ? 

Un escarpin Tila March compensé, vernis, bordeaux, avec une petite bride autour de la cheville. Et dans le même esprit, une paire de Michel Vivien rose pâle avec un petit nœud sur le dessus du pied, très Audrey Hepburn.

Quand tu passes tes commandes, tu sais déjà quelles paires tu vas prendre pour toi ?

Oui, mais alors, très souvent, je me plante ahaha !

Quelle est ta paire « forever » dans ton placard ?

Une paire de bottes en soie et lurex Michel Vivien. Je les avais commandées pour la boutique et il n’a jamais pu les fabriquer parce qu’il n’avait pas assez de tissu. J’en étais très triste. Mais un beau matin, j’avais la boîte sur mon bureau, il m’avait offert le proto !

Quelle est ta paire mythique, celle que tu n’as pas forcément ?

J’ai toujours fantasmé –c’est très générationnel – sur les chaussures de Bébé dans Dirty Dancing. Ces petites sandales de danseuse avec le petit talon, elles sont mythiques ! Elles donnent envie de danser.

Quel est ton prochain achat ?

J’ai flashé sur une paire de bottines noires avec des marguerites peintes à la main Martin Margiela. Elles ne sont pas dans la boutique : à ce prix-là, il n’y a que des tarées comme moi pour les acheter ahaha !

Qu’elle est ta plus grosse erreur de shopping ?

Je me suis achetée une paire de sandales en faux croco rose chez Chloé il y a sept ou huit ans. Je savais que je faisais une connerie ! Sinon, quand je repense aux No Box quand j’étais ado… aie aie aie. (les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître)

Repetto-58M-Shooooes

Ballerine en cuir Repetto pour les 10 ans de 58M

Tes meilleures adresses pour shopper des shoes ?

J’aime beaucoup Lobato dans le Marais. Quant aux sites internet, je trouve ça super pour certains produits mais, personnellement, j’aime avoir le contact physique.

Combien as-tu de paires ?

Je dois avoir une trentaine de jolies chaussures. Je suis très raisonnable ! (euh oui je confirme) 

Es-tu plutôt à plat ou sur aiguilles ?

Je marche beaucoup, je fais du vélo, je monte l’escalier de la boutique, je porte des cartons… J’aime les talons de quatre ou cinq cm.

Qu’est-ce que tu penses de cette mode des talons vertigineux ?

Je trouve ça très sexy. J’aime bien porter des talons très hauts quand je sors. Tu deviens une autre femme : ça fait de jolies jambes, ça resserre les fesses et les abdos, il y a tout ton corps qui est tendu.

Bottine en cuir lamé, Laurence Dacade pour les 10 ans de 58M

Bottine en cuir lamé, Laurence Dacade pour les 10 ans de 58M

Comment expliques-tu l’engouement actuel des femmes pour les chaussures ?

Tu peux être grande, petite, grosse ou mince, les chaussures seront toujours à ta taille. C’est un bel objet qui dure. Je crois qu’il y a toujours eu un engouement autour des chaussures.

 La comédienne elle s’y retrouve dans tout ça ?

Moi, ce que j’aime, c’est changer de peau. Et c’est ce que les chaussures ont à offrir.

Boutique 58M, ouverte du lundi au samedi (10h-19h et jusqu’à 19h30 le samedi) au 58, rue Montmartre à Paris dans le 2ème arrondissement. Tel. : 01 40 26 61 01.

Alertez la terre entière de l’importance de ce sujet, partagez :

16 commentaires

  1. jicky - 21 octobre 2015 - Répondre

    je ne suis jamais allée physiquement à cette boutique, mais je la connais très bien « virtuellement » par internet; elle figure parmi mes liens « shoes » favoris…

    1. Dr Shooooes - 21 octobre 2015 - Répondre

      @jicky Aaaah tu me fais plaisir, t’es une sacrée connaisseuse toi ! bise

  2. Claire - 22 octobre 2015 - Répondre

    J’y suis allée Samedi dernier et j’ai été surprise par l’esthétique industrialo-minimalisto … Je ne savais pas à quoi m’attendre. La sélection est vraiment intéressante : que de la belle chaussure, pour toutes occasions (de l’escarpin fantasque à la chelsea boots de Church’s.
    (Evidemment j’ai fait des bêtises, ne dites pas à Mr mon mari le prix de mes nouvelles bottines Michel Vivien ). Chuuut. ;-)

    1. Dr Shooooes - 22 octobre 2015 - Répondre

      @Claire Mouhahaha, la gourmandise avec laquelle tu nous parles de tes bêtises ! C’est appétissant !

  3. eveange66 - 22 octobre 2015 - Répondre

    Psst : tu peux lui demander d’où vient son chemisier ? Non parce que j’ai cherché à avoir le même, on m’a fait une serpillière à la place (serpillière, Noël, référence ??).
    Sinon, je ne connaissais pas ni la boutique ni le site. Ben quoi, c’est pas obligé. Et puis j’avoue j’essaye (mot important, essayer) de ralentir sérieux l’achat des chaussures (j’ai déjà 13 paires plus une paire de bottes 2 en 1 à donner/vendre).
    Mais le chemisier quoi !

    1. Dr Shooooes - 22 octobre 2015 - Répondre

      @eveange66 Sophie, si tu nous entends, c’est quoi ton chemisier ? ahaha. Les belles chaussures, parfois, ça suffit de juste les regarder nana ? ;)

  4. delfonce - 22 octobre 2015 - Répondre

    58m… LA boutique où mon amour de la pompe haute gamme a commencé vraiment. C’était il y a bientôt 10 ans, 1er job, 1e mission dans le coin, un jour de janvier c’était les soldes mon chef m’avait gueulé dessus j’avais peur pour ma période d’essai, en vitrine des petites ballerines vernies bordeaux avec un nœud vert, marc by marc Jacobs (qui fabriquait encore en Italie à l’époque, pas en Chine). Je les ai achetées, les 1e d’une longue série de belles pompes. Depuis je reviens régulièrement et même si j’ai trouvé d’autres crèmeries, j’achète au moins une paire par an.

    1. Dr Shooooes - 22 octobre 2015 - Répondre

      @delfonce Et moi, les petites ballerines Marc Jacobs en cuir noir avec un petit noeud vert… ralala cette période était irrésistible ! #Psyshoethérapie

  5. Salya - 22 octobre 2015 - Répondre

    Je connais cette boutique depuis 2007 et je peux vous dire que l’accueil n’est pas vraiment chaleureux . De plus la sélection n’a rien d’exceptionnel …….. je me sent mieux au bon marché ou au printemps , là au moins on s’occupe de moi avec le sourire

  6. sophie - 23 octobre 2015 - Répondre

    Chères toutes, merci mille fois pour vos commentaires encourageants, élogieux et moins élogieux ( certes) mais très constructifs !!
    Merci à toi Mathilde!!

    @eveange66 mon chemisier vient de la boutique de Marie Gas rue Etienne Marcel :)

    A très vite sur la toile ou chez 58m !!!

  7. Gaëlle - 24 octobre 2015 - Répondre

    Ohlala, j’avais pas vu ce post, Mathilde…
    Oui bien sûr je connais 58M :-) J’y ai acheté quelques paires, il y a déjà quelques temps. Je vais toujours voir la sélection, car alleluia, y’a du talon raisonnable, et y’a une sélection de Michel Vivien qui est parfois différente du Printemps et du Bon Marché, et à qui vous devriez passer le message qu’il fait les souliers parmi les plus doux et raffinés de la Création et que dommage que mon compte en banque ne suive pas toujours mes envies (digression).
    Perso, je n’ai jamais été mal accueillie chez 58M, contrairement au multi-marque de la rue de Poitou tenu par une nana aimable comme une porte de prison, comme j’en ai rarement vu… C’est con, d’ailleurs, elle a de jolis souliers mais JAMAIS je ne lui achèterai ne seraient-ce que des lacets ;-)

  8. Henriette H Jansen - 26 octobre 2015 - Répondre

    Sophie continue avec amour et passion une histoire que sa maman qui était mon mon âme-soeur,a commencé.
    Quand j’étais une petite fille mon rêve etait d’avoir un magasin de chaussures…
    Marion et Sophie ont réalisé mon rêve a ma place,quelle chance je continue à suivre et suis toujours aussi addictif. La collection est magnifique; ´chic,rock,simple et plein d’humour

  9. moiaussi - 26 octobre 2015 - Répondre

    Hello, hello,
    J’avais vu un reportage sur son dressing sur youtube il y a quelques années. Je m’en souviens parce que j’avais trouvé qu’elle avait un vrai « truc », du chien, du style et un charme fou avec ses petits cheveux courts !
    Merci pour cette interview de cette si jolie femme passionnée !

  10. Naomi - 27 octobre 2015 - Répondre

    L’autre jour mon copain me fait : « Tu connais 58M ??? » avec une tête comme s’il venait de découvrir la pilule pour la vie éternelle. Et moi en bitchy girlfriend que je sais être : « Bah oui, tu débarques ou quoi ??? »
    Le pauvre. :D
    Bref, cette boutique, je n’y suis jamais allée physiquement, mais elle me fait rêver, et je me promène régulièrement sur le site internet en bavant (un peu).
    J’aime le fait que la sélection soit aussi personnelle. Pour moi aussi, ce serait mon rêve de faire ça, avoir une boutique avec que des trucs que je choisis et que j’aime d’amour, que j’ai envie de partager avec les filles !

  11. Aurore - 27 octobre 2015 - Répondre

    58M, une de mes bonnes adresses aussi, quel plaisir d’en savoir un peu plus sur sa fondatrice! J’y rentre régulièrement car je vis dans le quartier, j’y craque de temps en temps… j’essaie de rester raisonnable ;) J’y ai toujours été bien accueillie.
    Je profite d’ailleurs de cet article pour m’adresser à Mathilde et à Sophie : j’ai découvert il y a un an environ une créatrice belge de chaussures, Orane Enora, et j’imaginerais vraiment bien sa sélection chez 58M. Pour lui avoir acheté une paire de boots à hauts talons il y a un an, je suis sous le charme : ce sont les seuls hauts talons avec lesquels je peux marcher une journée entière (je marche beaucoup) sans souffrir, et elles restent impeccables. Ses collections sont ici : http://www.orane-enora.com/collections/ Bref, voilà pour la pub :)
    Bonne continuation Sophie, et peut-être à bientôt chez 58M!

  12. Ma fine bouche - 29 octobre 2015 - Répondre

    Je passe souvent devant cette boutique sans y rentrer. En revanche, le nom m’avait intriguée… jolie sélection à voir de plus près ;-) . Mais plus que les chaussures, j’ai flashé sur sa blouse qui lui va si bien et ses tâches de rousseurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *